Rouge du 11 décembre 2008

Publié le par soutien

Réintégration à Virgin

Par un jugement du 2 décembre, le tribunal administratif de Paris a annulé le licenciement de Cédric Ostrowski. En juillet 2003, Cédric a fait l’objet d’une procédure de licenciement alors qu’il était stockiste, délégué du personnel CGT et également membre du comité d'entreprise chez Virgin Mégastore, à Paris, pour un motif inédit, le « harcèlement moral envers son supérieur hiérarchique », en l’occurrence son directeur (lire Rouge
n° 2079 et n° 2187).


Il s’agissait d’un véritable détournement de la loi sur le harcèlement. En septembre 2003, devant cette évidence, l’inspection du travail refusait le licenciement de Cédric. Mais la direction de Virgin, s’obstinant dans sa démarche, a fait appel de cette décision auprès du ministère du Travail, qui a autorisé le licenciement, en mars 2004. Le ministère faisait alors fi de la forte mobilisation syndicale et politique, ainsi que de l’importante médiatisation de cette affaire.


Plus de quatre ans après son éviction de l’enseigne, la justice rétablit enfin Cédric dans ses droits et lave l’accusation portée à son égard. Outre sa satisfaction personnelle, c’est une bonne nouvelle pour les représentants combatifs du personnel, dont l’action syndicale déterminée ne saurait être assimilée à un « harcèlement moral ascendant ». La voie de la réintégration de Cédric chez Virgin est ouverte.

Publié dans Actualité

Commenter cet article