On en reparle dans l'Humanité

Publié le par soutien

Compte-tenu de la grève de la Fnac ce jour, un encart sur la situation sociale chez Virgin a été publié dans l'Humanité du 4 mai :

Virgin, défricheur des acquis sociaux

Les salariés de l’autre grande chaîne de biens culturels se joignent aujourd’hui au mouvement pour dénoncer tassement des salaires et antisyndicalisme.

Pour défendre les droits sociaux, il n’y a pas de concurrence qui tienne. Cet après-midi aux côtés des grévistes de la FNAC, ce sont donc les salariés de Virgin Megastore qui viendront serrer les rangs sur les Champs-Élysées, officiellement pour dénoncer l’écrasement des salaires qu’impose la nouvelle convention collective applicable dès le 1er juillet 2007 dans les deux enseignes. « Mais par-delà ces revendications salariales, il y a beaucoup de similitudes entre les deux sociétés quant à la gestion du personnel, analyse Laurent Dégousée, délégué central du syndicat SUD chez Virgin. L’an dernier, nous avons également connu un plan social à cause de la réduction des ventes de disques. Là aussi, la direction nous avait promis zéro licenciement. Résultat un an après, le magasin de Nantes a fermé, avec 30 licenciements à la clé. Pas un seul reclassement n’a été proposé dans un cercle de 200 kilomètres. » Autre similitude avec la FNAC, le « plan de sauvegarde de l’emploi » de Virgin avait aussi acté la centralisation de la comptabilité en région parisienne, et donc la suppression des postes en province.

Depuis l’apparition du syndicat SUD dans l’entreprise voilà un an, les mobilisations se multiplient chez Virgin. Notamment pour lutter contre un antisyndicalisme maison de moins en moins caché. Ainsi le 19 décembre dernier, Amandine Dégousée - vendeuse vidéo depuis 1998 qui bénéficiait de la protection du statut de « conseillère du salarié » - a été licenciée sans l’accord du comité d’entreprise et de l’inspection du travail. Malgré plusieurs rappels à la loi, Virgin refuse de faire marche arrière. Deux plaintes sont en cours, une aux prud’hommes, l’autre au pénal. Alors la semaine dernière, plusieurs salariés se sont invités au Palais des congrès de Paris lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires de Lagardère, propriétaire des magasins Virgin Megastore en France. « Le but était d’expliquer aux petits et grands porteurs qu’une gestion sociale respectueuse n’était pas forcément contradictoire avec de bons résultats économiques », explique Sylvain, libraire au magasin de Saint-Quentin-en-Yvelines. Représentant syndical depuis le 17 janvier, lui a été convoqué en vue d’une sanction : la direction lui reproche d’être resté dans le magasin après sa fermeture pour ranger son rayon ! Pour l’instant, dernier de cette liste noire, Alexandre vient lui aussi d’être frappé d’une menace de sanction. Ce caissier est également délégué SUD au magasin Virgin des Champs-Élysées... Une ultime raison pour les salariés de Virgin de - rejoindre aujourd’hui leurs confrères de la FNAC.

Ch. C.

Pour info, une délégation de SUD Virgin et des salarié-es du Virgin des Champs etaient présents avec les grèvistes de la Fnac devant leur magasin le 4 mai.

Publié dans Médias

Commenter cet article