On en reparle (en bien) dans le Nouvel Observateur

Publié le par soutien

Suite à l'article polémique paru dans le Nouvel Observateur du 29 mars, un droit de réponse a bien été publié dans celui du 26 avril :

J’ai été choqué par l’article d’Isabelle Curtet-Poulner, publié dans le n° 2212 de ParisObs Ile-de-France, relatif au licenciement d’Amandine, une salariée de Virgin Megastore. En tant que syndicaliste, je suis adhérent de Sud Caisses d’Epargne, j’ai trouvé les portraits dressés d’Amandine, de son mari et de leur couple particulièrement caricaturaux. Je tiens à vous préciser que je ne connais pas Amandine ni Laurent Dégousée et ne dispose pas de tous les éléments relatifs à ce dossier probablement plus complexe qu’il n’y paraît. Je ne prétends pas par ailleurs que tous les syndicalistes de Sud et de Solidaires soient des êtres de perfection. J’aurais préféré que l’article mette l’accent sur les réelles manœuvres antisyndicales pratiquées par les grands groupes, dont Virgin, et qui se traduisent souvent par des licenciements qui passent inaperçus dans la presse (ce manque de visibilité explique peut-être en partie l’énergie déployée par Laurent pour dénoncer le licenciement d’Amandine). Par ailleurs, pour vous donner un éclairage sur le « dialogue social » au sein des grandes enseignes telle Virgin, je vous rappelle qu’un syndicat Sud qui se crée voit sa représentativité contestée systématiquement par les patrons et parfois certaines organisations syndicales, et qu’il appartient aux tribunaux de décider ou non de son existence. Enfin, pour conclure, je souhaite simplement vous rappeler que dans le contexte actuel, exercer un mandat syndical sans compromission avec les patrons, demande du courage et de la générosité.

 

Patrick Saurin

Publié dans Médias

Commenter cet article