Compte-rendu du pique-nique du samedi 23 juin

Publié le par soutien

Pour marquer les six mois de l’éviction d’Amandine, nous avons mis les bouchés doubles : Amandine avait confectionné une cinquantaine de boites repas (fromage ou pâté au choix) pour les convives du pique-nique. Malheureusement, l’assistance était moins nombreuse qu’escompté, sans doute à cause des nombreux rendez-vous militants prévus sur Paris le même jour. Nous avons fêté nos retrouvailles avec l’huissière qui ne vient plus que pour les grandes occasions, sa présence commence à coûter cher… Ca tombe bien : les intergalactiques de Vamos étaient là pour mettre une ambiance du tonnerre avec leur batucada.

Toutes les huiles de Virgin présentes avaient l’air de ne pas apprécier, essayant de nous faire disperser mais la police n’a rien trouvé à redire à notre présence.

 

 De rage, ils se sont rabattus sur l’installation d’un panneau minable et mensonger, rédigé en toute hâte, dans la vitrine du magasin dont voici le texte : « Chers clients, nous, la majorité des salariés de ce magasin, tenons à vous signifier, libre de toute pression de la direction, que un jugement du tribunal a été rendu, le licenciement d'Amandine a été jugé légal. Nous subissons néanmoins toutes les semaines leurs manifestations et leurs mensonges. Ceci nuit considérablement  à notre moral, à nos conditions de travail et à nos salaires. Merci » 

 

Or la décision du juge des prud’hommes dit exactement ceci : « En conséquence il appartient au juge du fond à apprécier, au vu des éléments communiqués, si on peut considérer que l'employeur avait connaissance le 5 décembre 2006 de la candidature d’Amandine et a donc agi de mauvaise foi en sachant que l'affaire est déjà pendante au titre d'une discrimination syndicale ».

Deux vidéos (muettes) de la journée :

 

Publié dans Action

Commenter cet article