Lagardère, nous revoilà !

Publié le par soutien

Et de deux ! Après notre venue à l'assemblée générale des actionnaires en avril, nous étions ce mercredi matin au siège de Lagardère, propriétaire de Virgin. Une importante réunion se tenait dans l'hôtel particulier du groupe situé dans le 16ème. Ses participants ont pu apprécier notre art consommé de l'affichage que nous excellons à pratiquer depuis dix mois maintenant devant le Virgin des Grands Boulevards.

Nous avons rendu publique la lettre que le collectif a adressée à Arnaud Lagardère, Président du groupe, sans réponse à ce jour. En attendant que l'agenda chargé de ses dirigeants leur permettre de nous répondre ou de nous recevoir, nous continuerons notre action !

Le 29 août 2007.

Monsieur le Président,

Sans doute avez-vous été informé, ne serait-ce que par voie de presse, de la vague de protestations qu’a soulevée le licenciement, en décembre 2006, d’Amandine Degousée, vendeuse au magasin Virgin des Grands Boulevards à Paris.

Amandine, connue pour son professionnalisme depuis neuf ans, s’est vu en effet reprocher d’avoir mal renseigné un client puis d’avoir « menacé » sa hiérarchie et a été licenciée quelques jours après à l’approche, ô hasard, de la publication de sa nomination par le Préfet de Paris à la fonction de Conseillère du salarié.

Le caractère clairement scandaleux et illégal de ce licenciement, intervenant après plusieurs autres aussi inacceptables que le sien, a fini par faire comprendre à l’opinion publique que, pour la direction de Virgin, le licenciement pour « faute » est devenu une arme pour empêcher toute forme d’expression revendicative au sein de l’enseigne.

L’affaire est toujours devant la justice mais, indépendamment de la façon dont celle-ci tranchera au final, sachez que le collectif qui s’est constitué afin de soutenir Amandine dans sa demande de réintégration n’a pas l’intention de baisser les bras : chaque semaine depuis maintenant huit mois, nous intervenons devant son magasin pour expliquer les faits aux clients et aux passants ainsi que régulièrement sur d’autres établissements. Une manifestation a été organisée en mars dernier par son syndicat sur le boulevard, d’autres initiatives sont à prévoir. Derrière le cas d’Amandine, c’est la colère des salariés interdits d’expression dans les entreprises qui s’exprime.

Nous tenions à vous en informer directement en tant que président du groupe propriétaire de Virgin car cette nouvelle mauvaise publicité éclabousse l’image de votre société ainsi qu’à vous assurer de notre détermination : soyez certain que, aussi longtemps qu’une solution sérieuse ne sera pas proposée par votre groupe à Amandine pour réparer le préjudice qu’elle subit, nous persisterons.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations.


Le collectif de solidarité avec Amandine.

Publié dans Action

Commenter cet article